GREEN SmartMove

CLAIM THE CLIMATE : il faut accélérer le pas

 

CLAIM THE CLIMATE
Le grand jour approche !

Ce dimanche 2 décembre, la Belgique toute entière tient à se faire entendre dans les rues de Bruxelles. Depuis l’Accord de Paris en 2015 qui limitait le réchauffement climatique à 1,5°C, l’émission de CO2 ne cesse d’augmenter. Ces promesses négligées et les constats environnementaux actuels ne peuvent qu’entraîner une mobilisation massive. Quand en Pologne débutera la semaine de la COP24 ce dimanche, on s’attend ici à la plus grande marche pour le climat jamais vue dans le pays.

C’est Coalition Climat et le CNCD-11.11.11 qui donnent le coup d’envoi à Claim the Climate. A quelques jours de l’événement largement relayé sur les réseaux sociaux, plus de 50 000 personnes ont confirmé leur participation sur Facebook. A vélo, en train ou en canoë, les belges sont invités à se déplacer vers Bruxelles où la marche débutera à 12h à la Gare du Nord. Le défilé sera animé par 6 checkpoints afin d’exposer les revendications et prendra fin au Parc du Cinquantenaire.
Les citoyens du monde sont de plus en plus nombreux à se mobiliser pour la préservation de l’environnement, un enjeu planétaire qui ne date pas d’hier !

FAUX DEPART ?
Retour aux 70’s…

C’est à l’approche des années 70 que les mouvements de protection de l’environnement se multiplient. On situe la naissance de l’écologie politique aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Assez paradoxal puisqu’il s’agit ici des leaders des deux grandes révolutions industrielles qui marquent notre histoire. Peut-être ont-ils donc été les premiers à en payer les frais ? Et les premiers à vouloir y remédier. D’autres y voient un réflexe de survie immédiate, ou encore une course à la prospérité. Il est vrai que certaines décisions politiques sont bien loin de refléter une bonne foi environnementale…

Quoiqu’il en soit, les chiffres parlent et ne rassurent pas. Le rapport du GIEC amène à penser que les objectifs environnementaux doivent être revus à la hausse. Selon l’ONU, les pays doivent tripler leurs efforts pour ne pas dépasser 2°C de réchauffement climatique. Alors que si les contributions déterminées par les 196 pays signataires de l’accord de Paris étaient intégralement respectées, on se dirigeait vers un réchauffement à hauteur de 3,2°C d’ici la fin du siècle.

Les mesures à prendre sont drastiques, les pouvoirs politiques sont appelés à coopérer, mais chacun doit agir. Changer son mode de consommation, adopter une mobilité plus douce, générer moins de déchets… Et ne pas perdre espoir ! En 50 ans, la conscience écologique gagne de plus en plus de terrain et fleurit dans l’esprit des plus jeunes d’aujourd’hui. Un constat illustré à plus petite échelle lors d’une manifestation organisée par des élèves bruxellois, rapportée en vidéo par la RTBF.